A partir du 10 juillet et jusqu’au 20 : Marseille accueille l’EUROPRIDE

EUROPRIDE :

prend ses quartiers sur les plages du Prado

A partir de mercredi et pendant 10 jours, Marseille va afficher ses couleurs arc-en-ciel pour le rassemblement LGBT avec un programme militant, festif et culturel.

20130707_1_5_1_1_0_obj4186289_1

logo LA PROVENCELa peau déjà bien tannée par des heures passées à régler les derniers détails sous un soleil puissant, Rayan et Stany l’assurent : la plage sera prête pour l’ouverture de l’Europride mercredi. Respectivement directeur artistique et responsable de la production du site situé entre la plage Prado sud et l’embouchure de l’Huveaune, ces deux-là ont mis le paquet pour accueillir la communauté Lesbiennes, gays, bisexuels et trans (LGBT) dans les meilleures conditions entre le 10 et le 20 juillet.

« Dans l’histoire de l’Europride, c’est la première fois qu’une ville en bord de mer organise l’événement. Notre meilleur atout, c’est cette vue« , assure en regardant l’horizon Rayan, Rouennais d’origine, qui a quitté sa Normandie pour « fédérer les acteurs locaux et générer une idée du mieux vivre ensemble« .

« Figurez-vous que ça n’a pas été compliqué« , poursuit-il avant de dévoiler les atouts de ce « Beach club Europride », un village de 6 000 m² capable d’engloutir jusqu’à 15 000 personnes par jour . Pour cela, les organisateurs ont prévu un gigantesque dancefloor entouré de tentes pour les associations et de 7 espaces privatifs VIP avec spa et jacuzzi, offrant une vue imprenable sur la Grande Bleue : « C’est le principe d’une boîte de nuit à ciel ouvert avec aussi un bar central et un staff d’une quarantaine de personnes« , complète Rayan.

« Un petit Mikonos »

Et le concept ne s’arrête pas là. « Ici on a fait un petit Mikonos, ou un petit Ibiza si vous voulez avec une plage de sable fin de 40 mètres sur 40, 650 matelas, une piscine des spas de nages, des douches tahitiennestrois restaurants et deux bars. Il y aura de la musique et tout pour la détente et les loisirs avec des terrains de sable, une salle de fitness et des animations sportives…« , ajoute Stany Marle, responsable de Marseille foot volley et directeur de l’association Marseille médiateur, lequel joue à domicile au Prado.

« Ce qui est malheureux, c’est de devoir faire partir les gens à minuit pour quelques riverains mécontents, mais on a une tactique : on tourne les basses vers la mer et un agent nous dit si on entend du son depuis le David !« , confie-t-il toutefois.

Imaginée sur le thème du mieux vivre ensemble, cette plage qui possède une ouverture sur la plage publique Prado sud est évidemment gratuite et ouverte à tous. Sauf aux mineurs. « En tout, 70 agents assureront la sécurité à l’intérieur et autour de l’enceinte qui est fermée, poursuit Stany, on propose donc à tout le monde de venir partager la fête, le sport et le farniente et on prévient sur le fait que tout perturbateur sera sorti immédiatement. » Avant de conclure : « Aucune Europride ne s’est jamais mal déroulée. Marseille est une terre d’accueil, c’est l’occasion de donner une image positive de la ville« .


« Faire avancer les choses »

La fête peut aussi être généreuse grâce par exemple à l’initiative de Benoît Vandenberge et de sa société Concept’ime : « Nous avons eu cette idée avec Suzanne Ketchian. Elle m’a proposé d’organiser deux soirées caritatives en plus des festivités au Prado et au Dock des Suds. C’est elle aussi qui nous a présenté les deux structures, le Refuge, association nationale qui accompagne les jeunes rejetés par leurs proches en raison de leur orientation sexuelle, et la Maison à Gardanne, centre de soins palliatifs pour accompagner les malades en fin de vie.

Un moment important d’autant que le Refuge fête ses dix ans. J’ai rencontré Nicolas Noguier et Frédéric Gal et c’était très touchant. Leur marraine, c’est Jenifer, avec Nicolas Sirkis. Elle ne sera pas présente car elle est en tournée mais elle nous a laissé un joli mot. En revanche Rebecca Hampton sera là ».

Deux soirées sont prévues le lundi 15 juillet à 20h, au profit de La Maison (cocktail dînatoire à 50€) et le mardi 16 juillet à 20h au profit du Refuge (dîner de gala à 80€). Les deux rendez-vous ont lieu à la Joliette au restaurant Dock of the Bay avec aussi un concert.

Concept’ime, infos au 06 16 85 01 18. Dock of the Bay, 35, Bvd de Dunkerque (2e) 04 91 01 43 62. Métro Joliette.


Un événement taille XXL

Depuis sa création en 1992, l’Europride a généralement drainé des foules importantes dans les villes européennes qui l’ont accueillie. Mais les affluences très disparates ne permettent pas de garantir systématiquement une liesse des militants. S’ils étaient à titre d’exemple 2,5 millions à participer à la parade de Madrid en 2007, ou approximativement 1 million à Rome en 2011, la grande fête de Londres a fait plouf en 2012 avec seulement 25 000 participants.

La clé en matière de réussite reste donc l’organisation. Malgré quelques aléas en amont lié aux divisions communautaires locales, celle chargée de mettre en place l’Europride à Marseille a délégué de telle manière que les partenaires privés, business oblige, doivent s’impliquer à 100 %.

Avec l’attractivité que représente Marseille en cette année culturelle et le fait que la France ait été placée sous les projecteurs internationaux après le vote du mariage pour tous, 200 000 militants sont au minimum attendus pour la grande parade du 20 juillet et 400 000 personnes lors du dernier week-end. « La préfecture annonce même des chiffres allant jusqu’à 600 000 sur les plages du Prado pour le concert final au terme de la grande marche militante« , avance le maire de secteur Dominique Tian.

Avec de telles statistiques, l’Europride serait à l’évidence une réussite. Intéressante sur le plan médiatique, mais également au niveau économique.


Marseille peut-elle devenir gay friendly ?

Suffit-il d’une Europride pour transformer les mentalités ? La réussite probable, du moins sur le plan comptable de l’événement européen, deuxième du genre en France après Paris en 1997, peut-elle contribuer à faire de la deuxième ville de France une cité « gay friendly » ? Entendez tolérante et bienveillante envers les homosexuels. « Nous allons bientôt adhérer à l’International gay and lesbian association. C’est une clientèle intéressante pour notre ville« , estimait récemment dans nos colonnes Maxime Tissot, le directeur de l’office de tourisme et des congrès de la ville. Un bon début.

Pour autant, il ne semble pas à quelques heures du début de ce grand rassemblement de la communauté LGBT, que les drapeaux aux couleurs arc-en-ciel puissent aussi facilement dépasser des façades que ceux de l’OM les soirs de victoire. « La ville va fusionner avec l’événement mais on privilégie une visibilité dans des endroits stratégiques« , prévient de son côté la présidente de la Lesbian and gay parade (LGP).

Si le site de l’Europride vante « façon carte postale » les charmes du Cours d’Estienne d’Orves ou du Cours Julien avec ses quelques établissements dédiés, place est majoritairement faite à une communication sur les événements prévus entre quatre murs.

« On parle de 600 000 personnes »

Ceux du Docks des suds pour des fêtes privées, de la Friche de la Belle-de-Mai pour le village associatif ou de la plage du Prado pour ses divertissements. Et on en oublierait presque le triste feuilleton associatif qui agite les associations gays de la ville en raison d’une rivalité entre militants.

Dans la population, certains n’hésitent même pas à revendiquer leur opposition : « Nous sommes à une époque où les minorités dominent et je ne suis pas favorable à ce qu’ils prennent le pas sur la majorité. Je demanderai aux élus de veiller à ce que les gazouillements ne soient pas trop forts« , ose Charles Crépier, le président du CIQ Saint-Giniez – Prado plages – Borély.

« Si ça part en live, on réagira. 10 jours de tapage nocturne, ce n’est pas possible. L’autorisation préfectorale est délivrée jusqu’à minuit et il faut respecter les règles« , rétorque le maire de secteur Dominique Tian, davantage inquiet de l’affluence du concert de clôture du 20 juillet. « On parle de 600 000 personnes. Il ne faut pas que ça dépasse 1 h du matin« . Pour un Marseille totalement gay friendly, il faudra sans doute encore patienter…

Demander le PROGRAMME :

La cérémonie d’ouverture

Elle se déroulera mercredi 10 juillet à 15h sur l’esplanade du MuCEM« Elle mettra à l’honneur les valeurs de tolérance, de diversité et d’égalité qui ont fondé l’EuroPride, l’Europe, la France et la ville de Marseille et qui seront le mot d’ordre de cette manifestation », affirme Suzanne Ketchian.

Les concerts au dock des suds

Ambiance Ibiza au Dock des suds qui accueillera des soirées électro tous les soirs. On retrouve les grands noms de la musique électronique, comme le DJ anglais Fat Boy Slim à l’ouverture, Birdy Nam Nam, Joachim Garraud, Showtek et Superfunk le 11 juillet, Miss Kittin, le 12. Des soirées hot seront placées sous l’égide de Mecanik.

Il y en aura pour tous les goûts, puisque Sheila, icône de la communauté LGBT, reprendra ses plus grands tubes le 18 juillet. Par ailleurs, de nombreuses soirées se dérouleront également en centre-ville, notamment au Polikarpov et autres bars et restaurants gayfriendly.

20130630_7_1_3_1_0_obj4096092_1

L’europride park à La Friche

Le village de l’Europride à la Friche Belle de Mai est dédié à la culture LGBT. Une cinquantaine d’associations animeront des forums sur la transidentité, la mémoire des sexualités, la dynamique LGBT sur la rive sud de la Méditerranée, etc.. Il accueillera également une expo d’art contemporain à la Cartonnerie,Corps et histoire, avec la participation d’Orlan, Bettina Rheims, Wolfgang Tillmans, Ma Desheng, Michèle Sylvander. Par ailleurs, la galerie Gourvennec-Ogor proposera l’exposition Over the rainbow.

La plage

L’Europride aura sa plage privée, au niveau du David et du stade d’été, « lieu unique dédié au sport, à la détente et à la fête ». Deux piscines et un stade qui accueillera des compétitions de foot volley, beach-volley, sont aménagés.

La marche et le concert du 20 juillet

La traditionnelle marche des fiertés et ses 40 chars partiront à 14h du Vieux-Port pour une arrivée plage du Prado à 18h. La Préfecture a estimé l’affluence à 300 000 personnes. Elle remontera la Canebière, la rue Paradis, passera devant la Préfecture pour rejoindre la rue de Rome, Castellane, les deux Prado. À l’arrivée, un concert gratuit clôturera sur la plage Gaston Defferre.

Au programme : Kazaky, collectif de quatre chanteurs-danseurs, promet un concert très hot avec ses chorégraphies spectaculaire, le DJ français, orienté vers la house et la progressive, Sophie Tapie, Boy George.

************************

c’est pour Samedi 20 Juillet, à Marseille

Entre 200 000 et 400 000 visiteurs sont attendus !

EUROPRIDE

Des centaines de milliers de manifestants sont attendu à partir de 14h samedi 20 juillet sur le Vieux Port pour se diriger vers les plages du Prado à David.

Toute la ville sera fleurie aux multiples couleurs de cette grande fête européenne.

Toutes et Tous très heureux de célébrer cet évènement annuel à Marseille juste après la loi historique sur « LE Mariage » et pendant l’année 2013 de la culture « Marseille-Provence ».

Toujours prêts à faire la fête, venez partager leur joie – bonheur – humour …

GAY PRIDE

Ils vont arriver de tous les pays européens et si vous désirez participer à cette fête populaire il est bon de prévoir de bonnes chaussures, de l’eau, un chapeau (même déguisé), des lunettes de soleil ; de la crème solaire et … Un appareil photo.

Un afflux massif

« Nous attendons un afflux massif sur la deuxième semaine : 200 000 participants à la marche du 20 juillet et 400 000 personnes lors du dernier week-end. Les 2 500 chambres allouées sont pleines et l’accommodation partagée fonctionne à plein. Les concerts au Dock sont remplis à 25 %« , avance Suzanne Ketchian, présidente de la Lesbian & gay parade (LGP).

« C’est difficile de se faire une idée parce que ce n’est pas une coupe du Monde de football mais un événement militant. Des réservations ont eu lieu, notamment d’Amérique du nord et du sud, mais c’est une clientèle qui ‘book’ en dernière minute« , reprend le directeur de l’Office de tourisme et des congrès, ravi du partenariat.

Celui-ci devrait même permettre à la ville de surfer à l’avenir sur la vague gay, selon Maxime Tissot : « Nous allons bientôt adhérer à l’International gay and lesbian travel association. C’est une clientèle intéressante pour notre ville« .

Gay Pride

MP 2013:

Projet périphérique labellisé par MP 2013, l’Europride est suivie de près par un chef de projet, bien qu’elle ne bénéficie d’aucun financement : « On était inquiet en début d’annéemarseille_2013 mais là, c’est un peu mieux structuré et on voit l’impact sur notre site. L’équilibre entre le commercial et le festif est revenu« , note Pascal Raoust.

La communauté gay a bien pris rendez-vous avec Marseille pour la 20e grande fête annuelle de la communauté Lesbiennes, gays, bisexuels et trans (LGBT).

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s